Accueil /Informations générales / Agenda mensuel / Activités / Sacrements / Histoire / Pour nous écrire

Texte et photos de Marcel JOLY (2002)

Histoire de la paroisse St Joseph de Villeneuve-la-Garenne
(partie 1/3)

Avant 1929, Villeneuve-la-Garenne était un quartier de Gennevilliers. Ce n'est que par décret du 27 Avril 1929 que Villeneuve-la-Garenne fut érigée en commune distincte de Gennevilliers (voir l'histoire de la ville). Il y avait alors environ 1000 habitants.

Les chrétiens de Villeneuve : vers Gennevilliers puis vers l'Ile St Denis ...

A Villeneuve-la-Garenne, une population stable s'établit sur les quais à droite et à gauche du Pont, et le long de quelques artères principales: une allant vers Asnières (boulevard Galliéni), une autre vers Gennevilliers (avenue de Gennevilliers devenue avenue de Verdun).

Les habitants se trouvaient dans une situation difficile: ils étaient loin du Centre Administratif et Communal de Gennevilliers.

Les chrétiens dépendaient également de Gennevilliers pour le culte, les enterrements, les mariages et les baptêmes.

Les autorités ecclésiastiques finirent par accepter que le groupement chrétien de la population, épris d'indépendance, soit desservi religieusement par l'Ile-st-Denis. Un vicaire de l'Ile st-Denis fut mandaté pour la charge spirituelle de ce petit troupeau. Les désirs des habitants exigeaient beaucoup plus, ils avaient de violentes aspirations à devenir "PAROISSE".

Un prêtre à Villeneuve à partir de 1913

En 1913, un prêtre fut nommé spécialement comme responsable de Villeneuve la-Garenne : M. l 'Abbé CHAVY. Son action personnelle, jointe aux désirs des habitants, firent qu'il fut nommé officielle ment administrateur .

De multiples difficultés l'attendaient : humainement il était seul. Le travail ne l'effrayait pas, il avait tout à organiser. Il sut aller de l'avant, ce qui lui a permis d'installer à Villeneuve-la-Garenne même un véritable lieu de culte, en plein milieu du pays. Un lieu pour dire la messe, administrer les sacrements. Ce fut, en quelque sorte, l' " installation de Dieu " dans le pays. Après avoir cherché des bienfaiteurs, il frappa à toutes les portes. C'était pour lui une véritable croisade. Infatigablement, il poursuivait son projet . Finalement, Boulevard Galliéni, une grande villa avec jardin se trouva convenir.


Villa du Boulevard Galliéni dans laquelle furent célébrées les premières messes à Villeneuve en 1913
(Cette villa devint en 1939 le Bureau de Poste -appelé aujourd'hui l'Ancienne Poste).

C'est là que pour la première fois le Christ résida à Villeneuve. Aux premières messes, on ne signa la que quelques participants: une dizaine de personnes. C'était le début . L' Abbé Chavy eu à affronter des démonstrations de forces. jets de pierre, insultes dans la rue etc.

Une première chapelle en 1918

La Villa Boulevard Galliéni paraissait grande mais elle s'avéra bien vite trop petite. L'Abbé Chavy reprit son bâton de pèlerin et,se mit à la recherche d'un lieu plus grand. En haut lieu, on était décidé de l'aider. Il envisagea la location, puis - l'achat d'une grande usine de produits chimiques qui se trouvait totalement libre du fait du départ des Établissements Pointet qui, pour s'agrandir, furent transférés sur un terrain en bordure de l'avenue de Gennevelliers, où ils se trouvent encore actuellement.

La propriété achetée était d'environ un hectare, placée au centre de la ville. La moitié était à peu près couverte et donnait sur cinq rues : La rue de la Fabrique (devenue rue Dupont Du Chambon) l'avenue de Gennevilliers (maintenant avenue de Verdun), la rue de l'Avenir et le boulevard Dequevauvillers .( maintenant boulevard Charles de Gaulle). Il fallait trouver le plus décent , le bâtiment le mieux adapté pour y installer la "Chapelle". Il y en avait un qui s'y prêtait le mieux et qui donnait rue de la Fabrique.

Une Chapelle fut aménagée et on vit se dresser un petit clocheton et la première cloche de Villeneuve y fut installée. En 1918, l'Abbé Chavy fut appelé par ses supérieurs,à un autre poste, quitta Villeneuve-la-Garenne pour Monaco où il fut nommé Vicaire Général et Prélat de sa sainteté. Le Père GRAFFIN fut nommé pour assurer le culte jusqu'en 1925 suivi dans ses fonctions par l' Abbé OPPENOT.


Voir la suite de l'histoire de la paroisse